Portrait de Gina Jardine : la nouvelle vice-présidente principale de notre service des ressources humaines

« Je cherche à relever un nouveau défi ! », a déclaré Gina Jardine depuis son nouveau bureau Kinross surplombant le lac Ontario. Membre le plus récent de notre équipe de haute direction, elle a rejoint Kinross en avril dernier en tant que vice-présidente principale des ressources humaines. Elle est impatiente de se lancer dans l’aventure, que ce soit pour courir un marathon, escalader une montagne ou favoriser le développement et l’excellence de la société Kinross.

Originaire d’Australie, elle est titulaire d’un baccalauréat ès arts en psychologie et d’une Maîtrise en gestion des affaires de la Melbourne Business School. Gina s’est retrouvée dans l’industrie minière vraiment par hasard. Elle a été recrutée comme directrice des RH au sein du Technology and Innovation Group de Rio Tinto, un géant britannico-australien de l’industrie métallurgique et minière. Elle s’est découvert une passion pour cette industrie. D’ailleurs, elle a occupé pendant huit ans plusieurs postes de direction chez Rio Tinto, quittant Brisbane pour s’installer à Londres. Le dernier poste qu’elle a occupé avant de rejoindre Kinross était celui de vice-présidente des ressources humaines pour la division Diamants et Minéraux.

Dans le cadre de ce poste, elle était responsable de douze mines et de plusieurs projets de grande envergure. Plus de 50 % de son portefeuille se trouvait en Afrique, un continent dont elle se sent très proche. Gina était en Guinée lors de la récente crise Ebola. Sa présence s’inscrivait dans l’initiative de la société Rio Tinto visant à souligner le soutien de la direction. Elle était vraiment soulagée de savoir qu’aucun employé ni aucun de leurs proches n’avaient été touchés par l’épidémie.

L’industrie minière effectue du bon travail qui reste souvent méconnu. Œuvrer à faire reconnaître ce travail est quelque chose qui passionne Gina, parmi d’autres choses. « Lorsque les gens parlent du “grand méchant exploitant minier”, je me dis “Pas si vite !” Dans la réalité, les entreprises minières accomplissent d’excellentes choses, notamment dans des régions qui en ont vraiment besoin, et cela, aussi bien en période de crise qu’en période de calme », a-t-elle souligné avec force, donnant comme exemple le plus notoire la réaction de Kinross face aux récentes inondations au Chili. « Nous devrions être très fiers de travailler pour une entreprise aussi remarquable et de proposer un soutien aussi positif. »

Par ailleurs, elle met en action ses paroles. En octobre dernier, elle a atteint le sommet du mont Kilimandjaro qui culmine à 5 895 mètres, ce qui a permis de récolter plus de 5 000 livres sterling en faveur de la Fondation Guinée qui fournit des capitaux d’amorçage dans le cadre de projets d’agriculture durable en Guinée. Depuis qu’elle s’est installée à Toronto, elle a déjà participé à deux marathons de 10 km en faveur d’associations caritatives, rejoignant l’équipe Kinross afin de récolter des fonds pour le Camp Oochigeas, un camp de vacances dédié aux enfants atteints d’un cancer.

Gina a été séduite par Kinross en raison de sa présence mondiale et de l’importance que la société accorde à ses employés. Alors qu’elle découvrait la société, elle a été frappée par la bienveillance qui règne à Kinross. « L’ambiance conviviale est vraiment évidente », a-t-elle précisé. Consciente que l’industrie dans son ensemble est en difficulté, elle compte mettre en place des « stratégies qui favorisent la souplesse organisationnelle et des programmes qui permettent aux employés de se perfectionner et de se préparer à surmonter les obstacles au sein d’une industrie à l’instabilité constante. Je souhaite que l’investissement dans notre personnel soit perçu comme l’un de nos principaux éléments de différenciation lorsque le marché nous comparera à nos concurrents. »

Au sujet de la difficulté d’être une femme dans une industrie minière dominée par les hommes, Gina a une réponse intéressante : la proportion des femmes qui travaillent dans l’industrie minière est plus élevée en Afrique que dans les pays développés. Elle veut en connaître les raisons, puis élaborer des stratégies à Kinross afin de favoriser l’égalité d’accès au monde du travail, quels que soient le sexe et la nationalité. Nous avons commencé à ouvrir la voie plus tôt cette année. En effet, Kinross a instauré une politique visant à accroître la représentation des femmes dans l’entreprise. Gina reconnaît que l’industrie minière revêt des difficultés uniques dans le sens où « contrairement à d’autres industries où il est possible d’amener le travail aux personnes, l’industrie minière impose que l’on amène les personnes à la ressource. Nous avons besoin de programmes, de politiques et d’idées novatrices qui permettent, d’une part, de répondre à ces défis et, d’autre part, de favoriser l’égalité des chances pour notre main d’œuvre diverse dans son ensemble. »

Dans ce cas précis, il semble que la ressource soit venue jusqu’à nous. Gina sera bientôt rejointe à Toronto par Phil, son mari, et Kyler, son fils âgé de 12 ans. 

Gina Jardine en compagnie de son mari Phil et de son fils Kyler lors de vacances en Israël.

À la mine de diamants Diavik de Rio Tinto dans les Territoires du Nord-Ouest.

Avec des écoliers en Guinée.

Au sommet du mont Kilimandjaro en Tanzanie.

Avec sa médaille de finissant lors du marathon de New York.

Kinross Brésil lance un programme d’apprentissage industriel pour les femmes à Paracatu
Septembre 21, 2021

Kinross Brésil lance un programme d’apprentissage industriel pour les femmes à Paracatu

Lauréat Argent : Djalma Marreiro dos Santos, surveillant, Installations de pompes, Paracatu
Septembre 20, 2021

Lauréat Argent : Djalma Marreiro dos Santos, surveillant, Installations de pompes, Paracatu

Lauréat Argent : Souleymane Sy, surveillant, Maintenance mobile, Tasiast
Septembre 20, 2021

Lauréat Argent : Souleymane Sy, surveillant, Maintenance mobile, Tasiast