Fait saillant en matière de développement durable : Réhabilitation de l’installation de Santo Antonio à Paracatu

L’entreprise Kinross est réputée pour conduire avec succès des projets de fermeture et de réhabilitation des terres minières. Sur ses sites miniers en cours d’exploitation, les considérations relatives à la fermeture et à la réhabilitation font systématiquement partie intégrante de ses stratégies opérationnelles.

En 2015, l’installation de stockage des résidus miniers de Santo Antonio à Paracatu a atteint sa capacité maximale. L’équipe a donc lancé un projet de fermeture axé sur la réhabilitation de 537 hectares de terres au plus près du barrage. Dans le même temps, le retraitement des résidus miniers se poursuit dans les zones les plus éloignées du barrage.

Le projet avance bien, avec 355 hectares désormais réhabilités, soit 65 % de la surface totale lors de cette phase de récupération. Ce projet est prévu sur une période de cinq ans.

La mine a mis en place un comité de surveillance interdisciplinaire pour accompagner le projet de fermeture dans le but de pérenniser un paysage stable compatible avec l’environnement alentour et ainsi offrir des terres exploitables ultérieurement à la communauté.

L’équipe a travaillé en étroite collaboration avec les universités, conduisant des essais sur le terrain et s’appuyant sur des recherches concernant les techniques physiques dans les processus de réhabilitation, mais également les possibilités d’exploitation des terres après la fermeture. Un programme s’articule autour de partenariats avec 20 exploitants agricoles locaux afin de développer des semis destinés à la revégétalisation de la zone.

Parmi ses priorités absolues, l’équipe s’emploie à prévenir le drainage rocheux acide en recouvrant de terre les résidus miniers exposés. Cela permet de minimiser le phénomène de filtration d’eau et d’oxygène, évitant ainsi la contamination des eaux souterraines.

Le site a inscrit ce projet de fermeture de Santo Antonio dans son approche fondée sur les risques visant à étudier les scénarios postfermeture. Il constitue la première étape d’un plan global axé sur l’usage ultérieur des terres. Une fois cette étape terminée, une série de consultations sera organisée avec les autorités locales, les communautés et d’autres parties prenantes afin d’évaluer leurs besoins et de les intégrer dans les plans relatifs à l’usage ultérieur des terres.

Pour en savoir plus sur le processus de fermeture intégrée de Kinross à Santo Antonio, consultez la page 54 de notre rapport 2019 sur le développement durable ou consultez notre rubrique relative à la fermeture et à la réhabilitation sur le site Kinross.com en cliquant ici.

Paracatu’s Santo Antonio facility